• Patrick

Tikehau, ses paysages sauvages


Nous attrapons un thon jaune à notre arrivé à Tikehau, les eaux poissonneuses permettent d'agrémenter les repas de poissons frais.


Passe entrée du lagon Tikehau Tuamotu

Après être entrée par la passe «Tuheiava», nous naviguons dans le lagon, dépassant le village, nous nous rendons à l’est au motu AUA, près d’un hoa, passe inaccessible par bateau mais ou l’eau circule entre la mer et le lagon.

Nous recherchons des raies mantas à l’ancienne ferme perlière abandonnée au motu Mauu. Hélas, aujourd’hui, elles ne sont pas au rendez vous.


Tikehau, motu dans le lagon

Pour le déjeuner c’est à l’iles aux oiseaux que nous jetons l’ancre. Motu Puarua est animé par les oiseaux de mer qui volent au dessus de l’ile isolée dans le lagon. Ici nichent fous à pates bleu, nodi…

A la fin de la sieste et avant que le soleil ne soit trop bas pour naviguer dans le lagon parsemé de recifs, nous levons l’ancre pour rejoindre le motu d’Eden.


Tikehau motu

Dernier jour à Tikehau :

En attendant que le soleil soit haut et le vent assez fort pour nous pousser jusqu’à la passe, une visite au jardin d’eden, nous fait découvrir une communauté de vietnamiens vivant de culture biologique, de l’élevage de leur animaux et de leur ferme perlière.

Nous passerons la nuit en mer pour arriver à Rangiroa au lever du soleil. Profitant de l’heure propice à la pêche, une ligne est mise à l’eau et juste avant que le soleil ne disparaisse à l’horizon, un thon jaune est remonté à bord.


Thon jaune Tuamotu